Brûler la terre pour conquérir les esprits...

Brûler la terre pour conquérir les esprits...

" Il est un arbre dont je n'entends pas dire qu'ait germé son pareil ; un arbre invaincu, arbre...

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

            Selon Régis Debray «Une...

Tisnalalit ou la Renaissance

Tisnalalit ou la Renaissance

Le phénix ou phoenix, mot grec Phoînix, qui signifie "Pourpre" est un oiseau légendaire, doué...

Le défi kabyle

Le défi kabyle

               La Kabylie peut...

La Kabylie, une terre méditerranéenne

La Kabylie, une terre méditerranéenne

              Par ses paysages et...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

                "Elle se tient...

Pourquoi ce site?

Pourquoi ce site?

  « Notre propos sur ce site est de rendre la Kabylie à sa dimension méditerranéenne,...

Nos ancêtres adeptes du soleil

Nos ancêtres adeptes du soleil

                ...

Qu'Athéna nous protège !

Qu'Athéna nous protège !

            Il fut un temps, le monde...

Pour une loi réprimant le blasphème

Pour une loi réprimant le blasphème

Voici une contribution de notre ami et maître, Jean-Michel Lascoux, ancien professeur de Lettres...

La mort dans le regard

La mort dans le regard

              Acrésios, roi d'Argos a une fille qui s'appelle Danaé. Selon l'oracle, si cette...

Religion et liberté en Kabylie

Religion et liberté en Kabylie

      "La bête arrache le fouet au maître et se fouette elle-même pour devenir maître, et ne...

L'homme ancien et l'idée de dieu

L'homme ancien et l'idée de dieu

Pour le monothéiste, Dieu est unique. La croyance, pour ce dernier, est très simple. Dieu,...

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Awaγzen, ogre ou cyclope...

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  (Apulée L'âne d'or ou les Métamorphoses Livre IV) [28] Erant in quadam civitate rex et...

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    (Texte latin) Iṛus d Psukki     Amacahu, deg yiwet n turbit1, llan...

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Imezwura-nneγ ttgen aṭas n wazal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren s wayen...

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

              La viande de...

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

        L'oracle et la...

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

      Le mythe est le discours d’une société sur elle-même.   Il nous...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  La Vérité des saints kabyles   Pour les Grecs de l'âge...

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    Dans cet article, nous allons essayer d'étudier un exemple parfait de...

VI. Timecreṭ, partage de compensation

VI. Timecreṭ, partage de compensation

                    Timecreṭ est une pratique qui met fin, durant un jour, aux inégalités...

Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  Tidett, Vérité en kabyle, est presque sur toutes les lèvres et...

La Kabylie et la religion

La Kabylie et la religion

              Le villageois kabyle...

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

I. Ta eph'hémin ta ouk eph'hémin (Ayen icudden ɣer-nneɣ d wayen ur ncudd ara...

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

              Les Kabyles disent...

Tous azimuts: contre le Berbère

Tous azimuts: contre le Berbère

         Nous allons, dans cet article, voir comment...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

En ce moment, nous lisons énormément de choses dans les journaux et sur les pages des réseaux...

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Nna Tassadit, une vieille femme kabyle, dans son champ, vaque à ses activités champêtres....

Le réveil du Lotophage

Le réveil du Lotophage

  "Mais, à peine en chemin, mes envoyés se lient avec les Lotophages qui, loin de méditer le...

 Mammeri:

Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

      "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier ; il est fraternel et...

"La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  Si nous nous intéressons aux cultures antiques grecques et latines, ce n'est pas pour...

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

(ixf amezwaru) Imezwura-nneγ ttgen aṭas azal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren...

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

  Entretien réalisé par le correspondant de la Tribune à Tizi...

  • Brûler la terre pour conquérir les esprits...

    Brûler la terre pour conquérir les esprits...

  • La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

    La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

  • Tisnalalit ou la Renaissance

    Tisnalalit ou la Renaissance

  • Le défi kabyle

    Le défi kabyle

  • La Kabylie, une terre méditerranéenne

    La Kabylie, une terre méditerranéenne

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

  • Pourquoi ce site?

    Pourquoi ce site?

  • Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

    Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

  • Nos ancêtres adeptes du soleil

    Nos ancêtres adeptes du soleil

  • Qu'Athéna nous protège !

    Qu'Athéna nous protège !

  • Pour une loi réprimant le blasphème

    Pour une loi réprimant le blasphème

  • La mort dans le regard

    La mort dans le regard

  • Religion et liberté en Kabylie

    Religion et liberté en Kabylie

  • L'homme ancien et l'idée de dieu

    L'homme ancien et l'idée de dieu

  • Le monstre dans l'imaginaire kabyle

    Le monstre dans l'imaginaire kabyle

  • Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

    Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  • Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

  • Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

    Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

  • VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

    VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

  • Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

  • Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

    Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  • VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

  • VI. Timecreṭ, partage de compensation

    VI. Timecreṭ, partage de compensation

  • Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  • La Kabylie et la religion

    La Kabylie et la religion

  • Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

    Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

  • Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

    Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

  • Tous azimuts: contre le Berbère

    Tous azimuts: contre le Berbère

  • Si l'Afrique du Nord m'était contée...

    Si l'Afrique du Nord m'était contée...

  • Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

    Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

  • Le réveil du Lotophage

    Le réveil du Lotophage

  • Feraoun:

    Feraoun: "Nous sommes riverains d’une même mer, tributaires d’un même climat et fixés sur la même...

  •  Mammeri:

    Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

  • "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  • Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

    Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

  • Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

    Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Les théâtres grecs sont creusés à flanc de colline, tandis que les théâtres romains sont construits en terrain plat, sur voûtes et arcades. En effet, l'architecture grecque classique ne permet pas la construction sur voûtes concrètes, qui n'est connue qu'à partir de l'architecture romaine, même si les ailes ou parties latérales peuvent être construites en maçonnerie. Ceci dit, une immense majorité de théâtres romains sont eux aussi adossés à une colline. La construction sur terrain plat est réservée à la capitale de l'Empire et à certaines villes des provinces romaines situées en pays plat, toujours par obligation et non par choix.

 

La Kabylie, par son paysage accidenté, pourrait abriter des théâtres grecs et romain. Les Kabyles ont même le luxe de pouvoir choisir des lieux à forte acoustique. Chaque village est en mesure de construire un théâtre. Ils ont des terrains naturellement conçus pour ce genre d'édifice. Et leur édification ne devrait pas coûter trop cher. Il suffit de dénicher une petite colline, de creuser le théâtre à son flanc comme faisaient les Grecs anciens.

 

De fait, les villages kabyles, comme en leur temps les cités grecques, s'adonnent, surtout en été, à différentes activités culturelles : festivals, représentations théâtrales, fêtes rituelles, fêtes de mariage, concerts de musique. L'édifice pourrait même servir de lieu à l'assemblée. En dehors de leur utilité, les théâtres grecs sont d'une beauté époustouflante, surtout quand ils sont entourés d'oliviers et de chênes. Pour ce qui est de l'orientation, la majorité des théâtres grecs sont orientés vers le Sud ; mais des archéologues ont remarqué qu'il en existe dans toutes les directions. Tout dépend du lieu choisi. Parfois, on choisit la direction selon le panorama le plus beau sur un paysage, c'est le cas par exemple du théâtre de Taormine, en Sicile, avec une vue imprenable sur le mont Etna. La beauté des paysages ajoute à l'esthétisme du décor de la scène qui se trouve au pied des gradins.

Les villages kabyles n'ont nullement besoin de l'Etat pour avoir des théâtres. Chaque village aurait les moyens de se doter de son lieu de spectacles. L'entreprise ne demanderait que des pierres, du mortier, et des bras. L'existence de ces lieux pourraient à nouveau relancer les fêtes et le théâtre dans tout le pays kabyle. Le village Tigemunin, dans la commune des At Wasif, a pris l'initiative. Aux autres villages de construire chacun son théâtre, selon ses goûts et ses besoins. Une vraie occasion pour les Kabyles de se doter d'une scène d'expression universelle qui a fait la joie et la grandeur des peuples civilisés de l'Antiquité à nos jours.

Imaginons dans quelques années un touriste qui viendrait en Kabylie. Il se donnera un plaisir certain à faire le tour de ces édifices pour voir la différence d'un village à l'autre. Un lieu théâtral est un signe de développement. Il changera les mentalités. Ce sera la consécration de la culture, de la parole et de la représentation que se font les Kabyles du monde. C'est sur la scène de théâtre que les Kabyes pourront mettre en valeur leurs joies et leurs peines. C'est sur la scène de théâtre qu'ils pourront s'exprimer et former de grands comédiens et de grands orateurs.

 

Offrir à chaque village un théâtre n'est pas un rêve impossible. Il est à la portée de chaque localité. Des théâtres de liberté où les villages pourront recevoir celui qu'ils veulent sans contrainte, sans avoir à demander la permission de responsables hostiles à toute liberté d'expression. Des théâtres qu'ils pourront baptiser à leur guise de noms illustres de leur culture. Ne serait-ce pas la meilleure façon de rendre hommage à nos dramaturges, chanteurs, poètes, musiciens, écrivains et toutes les grandes figures de l'art de la parole kabyle ?

Quand des touristes visitent un pays, ils privilégient les édifices culturels. Le théâtre depuis l'Antiquité fait la fierté des cités. Jusqu'à nos jours certaines villes ne sont visitées que grâce à leurs théâtres et leurs musées. L'existence d'un théâtre nous renseigne souvent sur le développement de la société qui en fait usage. Ne parle-t-on pas de la Fenice quand on évoque Venise, de la Scala de Milan, de l'Opéra de Paris ? Puis dans l'antiquité, qui n'a pas entendu parler d'Epidaure, de Dodone ou du Colisée de Rome. Le théâtre a été et sera toujours l'âme des cités et des villes.

Le théâtre est un lieu de plaisir esthétique, de catharsis et de jeu. Ce n'est pas un hasard si les Grecs l'ont confié à Dionysos, l'ami des hommes. Un lieu de vie où le peuple apprend à être joyeux, un lieu de couleurs qui s'ouvre sur des paysages qu'un décor ne peut égaler, un lieu d'identité qui pourra faire de nos villages de véritables cités méditerranéennes. Un lieu où se tissent les amitiés et les amours. Un lieu de beauté où les corps et les esprits peuvent enfin s'exprimer pour parler de la vie et des petits bonheurs de l'existence. Un lieu où le chagrin est représenté et partagé. Un lieu de psychanalyse et de liberté. Une école de la vie, un sanctuaire de savoir, un lieu de renouvellement. Un lieu qui annoncera une nouvelle Kabylie, joyeuse, heureuse de vivre, loin des prêches macabres et des dogmes de la mort.

Le théâtre est une œuvre à la fois artistique et politique. Elle restera aux futures générations comme un héritage inestimable et un témoignage de ce que les hommes kabyles ont accompli durant le XXIème siècle. Il sera transmis comme un lieu de mémoire de ce que furent leurs ascendants et l'importance qu'ils ont consacré à la parole, à leur langue et à leur culture.

Un théâtre sera le temple de la langue kabyle, là où elle prendra son envol, comme le grec d'Eschyle, le latin de Plaute, l'anglais de Shakespeare, le français de Molière... Donnons la même chance à la langue de Muhend U Yehya ! Offrons-lui, à elle aussi, un temple, une tribune, un monument et un triomphe.

Un théâtre grec dans chaque village, cela fera de nous la terre qui en aura le plus grand nombre, on assistera alors à l'organisation de festivités internationales, comme à Bourges et dans grandes métropoles.

Un théâtre grec dans chaque village, c'est à notre portée. C'est indispensable ! Pas ruineux, même !

Combien cela nous rehaussera auprès des hommes de culture du monde entier. Tout le monde entendra parler de nous. Il suffit d'en faire une cause culturelle et de se lancer dans l'entreprise. C'est la tâche de tachemlit ou de tiwizi. Tout le monde sera content, car en accomplissant cette grande œuvre, on démontrera au monde combien est grande notre capacité à nous organiser, à construire ! Combien sera grande notre volonté de semer la paix ! Grand notre désir de partager avec les autres joie et bonheur ! Construisons ces édifices, nous économiserons cent ans de lutte et de résistance !

Le monde entendra parler de nous en bien. Peut-être sera-ce le déclic pour la renaissance de la Kabylie et de la culture kabyle.

 

En attendant, gloire aux habitants de Tigemunin des At Wacif, et à l'entrepreneur et maître d'oeuvre Dda Tahar, ce grand homme, féru de théâtre.

Vive Tigemunin et son théâtre antique !

Vivement la Kabylie pleine de théâtres !

0
0
0
s2sdefault
X

Right Click

No right click