Brûler la terre pour conquérir les esprits...

Brûler la terre pour conquérir les esprits...

" Il est un arbre dont je n'entends pas dire qu'ait germé son pareil ; un arbre invaincu, arbre...

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

            Selon Régis Debray «Une...

Tisnalalit ou la Renaissance

Tisnalalit ou la Renaissance

Le phénix ou phoenix, mot grec Phoînix, qui signifie "Pourpre" est un oiseau légendaire, doué...

Le défi kabyle

Le défi kabyle

               La Kabylie peut...

La Kabylie, une terre méditerranéenne

La Kabylie, une terre méditerranéenne

              Par ses paysages et...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

                "Elle se tient...

Pourquoi ce site?

Pourquoi ce site?

  « Notre propos sur ce site est de rendre la Kabylie à sa dimension méditerranéenne,...

Nos ancêtres adeptes du soleil

Nos ancêtres adeptes du soleil

                ...

Qu'Athéna nous protège !

Qu'Athéna nous protège !

            Il fut un temps, le monde...

Pour une loi réprimant le blasphème

Pour une loi réprimant le blasphème

Voici une contribution de notre ami et maître, Jean-Michel Lascoux, ancien professeur de Lettres...

La mort dans le regard

La mort dans le regard

              Acrésios, roi d'Argos a une fille qui s'appelle Danaé. Selon l'oracle, si cette...

Religion et liberté en Kabylie

Religion et liberté en Kabylie

      "La bête arrache le fouet au maître et se fouette elle-même pour devenir maître, et ne...

L'homme ancien et l'idée de dieu

L'homme ancien et l'idée de dieu

Pour le monothéiste, Dieu est unique. La croyance, pour ce dernier, est très simple. Dieu,...

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Awaγzen, ogre ou cyclope...

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  (Apulée L'âne d'or ou les Métamorphoses Livre IV) [28] Erant in quadam civitate rex et...

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    (Texte latin) Iṛus d Psukki     Amacahu, deg yiwet n turbit1, llan...

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Imezwura-nneγ ttgen aṭas n wazal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren s wayen...

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

              La viande de...

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

        L'oracle et la...

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

      Le mythe est le discours d’une société sur elle-même.   Il nous...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  La Vérité des saints kabyles   Pour les Grecs de l'âge...

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    Dans cet article, nous allons essayer d'étudier un exemple parfait de...

VI. Timecreṭ, partage de compensation

VI. Timecreṭ, partage de compensation

                    Timecreṭ est une pratique qui met fin, durant un jour, aux inégalités...

Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  Tidett, Vérité en kabyle, est presque sur toutes les lèvres et...

La Kabylie et la religion

La Kabylie et la religion

              Le villageois kabyle...

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

I. Ta eph'hémin ta ouk eph'hémin (Ayen icudden ɣer-nneɣ d wayen ur ncudd ara...

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

              Les Kabyles disent...

Tous azimuts: contre le Berbère

Tous azimuts: contre le Berbère

         Nous allons, dans cet article, voir comment...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

En ce moment, nous lisons énormément de choses dans les journaux et sur les pages des réseaux...

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Nna Tassadit, une vieille femme kabyle, dans son champ, vaque à ses activités champêtres....

Le réveil du Lotophage

Le réveil du Lotophage

  "Mais, à peine en chemin, mes envoyés se lient avec les Lotophages qui, loin de méditer le...

 Mammeri:

Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

      "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier ; il est fraternel et...

"La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  Si nous nous intéressons aux cultures antiques grecques et latines, ce n'est pas pour...

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

(ixf amezwaru) Imezwura-nneγ ttgen aṭas azal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren...

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

  Entretien réalisé par le correspondant de la Tribune à Tizi...

  • Brûler la terre pour conquérir les esprits...

    Brûler la terre pour conquérir les esprits...

  • La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

    La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

  • Tisnalalit ou la Renaissance

    Tisnalalit ou la Renaissance

  • Le défi kabyle

    Le défi kabyle

  • La Kabylie, une terre méditerranéenne

    La Kabylie, une terre méditerranéenne

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

  • Pourquoi ce site?

    Pourquoi ce site?

  • Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

    Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

  • Nos ancêtres adeptes du soleil

    Nos ancêtres adeptes du soleil

  • Qu'Athéna nous protège !

    Qu'Athéna nous protège !

  • Pour une loi réprimant le blasphème

    Pour une loi réprimant le blasphème

  • La mort dans le regard

    La mort dans le regard

  • Religion et liberté en Kabylie

    Religion et liberté en Kabylie

  • L'homme ancien et l'idée de dieu

    L'homme ancien et l'idée de dieu

  • Le monstre dans l'imaginaire kabyle

    Le monstre dans l'imaginaire kabyle

  • Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

    Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  • Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

  • Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

    Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

  • VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

    VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

  • Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

  • Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

    Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  • VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

  • VI. Timecreṭ, partage de compensation

    VI. Timecreṭ, partage de compensation

  • Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  • La Kabylie et la religion

    La Kabylie et la religion

  • Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

    Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

  • Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

    Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

  • Tous azimuts: contre le Berbère

    Tous azimuts: contre le Berbère

  • Si l'Afrique du Nord m'était contée...

    Si l'Afrique du Nord m'était contée...

  • Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

    Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

  • Le réveil du Lotophage

    Le réveil du Lotophage

  • Feraoun:

    Feraoun: "Nous sommes riverains d’une même mer, tributaires d’un même climat et fixés sur la même...

  •  Mammeri:

    Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

  • "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  • Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

    Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

  • Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

    Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Cirta mosaic triumph of neptun

Le phénix ou phoenix, mot grec Phoînix, qui signifie "Pourpre" est un oiseau légendaire, doué d'une longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s'être consumé sous l'effet de sa propre chaleur. Il symbolise ainsi pour les anciens les cycles de mort et de résurrection. Il en va de même, dans les contes kabyles, Tteryel/L'ogresse, ne renait-elle pas de ses cendres ?


La renaissance italienne

    La Renaissance commence en Italie au milieu du XIVème siècle. C’est une période au cours de laquelle l'Europe connait de grands progrès dans les domaines artistiques, culturels, scientifiques et techniques. Elle a connu aussi de profonds changements en matière de politique, d'économie et de religion.

    Après la chute de Constantinople, tombée aux mains des Turcs en 1453, de nombreux savants, lettrés et artistes ont quitté le monde byzantin pour s'exiler en Italie. Ils apportent avec eux des manuscrits grecs et latins que l'Occident redécouvre. Et en réaction au Moyen-âge, ces artistes s'inspirent de l'antiquité pour peindre et sculpter l'homme ou la nature tels qu'ils sont.

    La renaissance italienne a pris racine en Toscane, à Florence notamment, puis le mouvement s'est étendu vers Venise, puis à Rome, où fleurit une architecture à la mode antique.

    Ce mouvement ne tarda pas à gagner toute l'Europe où l'on voit la culture antique gréco-romaine se manifester dans tous les domaines. C'était le retour aux sources, comme on dit. Ce qui a permis à l'Europe de sortir de la culture de la fin du monde prôné par le monothéisme moyenâgeux, où Dieu est au centre de tout, grâce aux artistes italienne qui ont su, avec l'art et la manière, recréer le monde et remettre l'homme au centre de l'univers. Après la Renaissance, la pensée millénariste de la fin des temps semble s’estomper des esprits et de l’art lui-même.

La renaissance kabyle

    Un mouvement similaire a connu le jour en Kabylie au début des années soixante-dix par la musique, par l'arrivée sur scène d'une génération d'artistes prônant aussi un retour aux sources. Mais à la différence de la renaissance italienne qui a bénéficié des largesses et de la puissance des principautés italiennes concurrentes. Chacune voulant briller davantage que les autres encouragea la création et l'émulation artistique. Les familles principales rivalisaient pour produire ce qu'il pourrait y avoir de plus beaux pour exprimer leur faste et leur puissance. Ce sont les Médicis à Florence, les Sforza à Milan, les Monteltre à Urbino, les Gonzague à Mantoue et les Este à Ferrare ou Venise.
    La Kabylie, dépourvue d'Etat, même créatrice, n'a pas pu dépassé cette révolution musicale et poétique qui, en dépit de tout, a réussi à changer la Kabylie, à ouvrir dans l’âme des Kabyles une fenêtre sur un autre monde possible. Les chansons de ces années-là ont permis de donner une forme à l’informel, à un passé vu dans un présent précaire, à une culture tentée par le folklore. Ces musiciens et ces poètes, épris d'esprit universel, ont tant bien que mal, réussi à transmettre à leur public un peu de la culture gréco-latine (ou du moins de cette culture méditerranéenne qui résonne du tréfonds des âges) que l'Etat algérien a tenté et tente toujours d'éradiquer du pays. Ces artistes ont tenu tête à la culture de l'Etat, exclusivement arabo-islamiste, et ont pu renforcer le sentiment identitaire et linguistique kabyles chez les Kabyles, tout en leur montrant la beauté sortie de l’Abîme. La forme artistique est devenue un principe démocratique au sens de Castoriadis, le moyen pour la société de s’auto-instituer: « l’œuvre entretient avec les valeurs de la société cette relation étrange, plus que paradoxale : elle les affirme en même temps qu’elle les révoque en doute et les met en question » (Fenêtre sur le chaos, p. 22).
Ainsi le rôle des acteurs culturels de cette époque fut prépondérant et correspondent encore une fois à ce que Casoriadis écrit dans Fenêtre sur le Chaos: "L'écrivain - poète, philosophe, ou même historien - ébranle les certitudes instituées, met en question le monde dans et par lequel la société s'était crée une niche, il dévoile l'abîme tout en lui donnant une forme et par le fait même qu'il lui donne une forme. En faisant cela, l'écrivain participe essentiellement à l'instauration de la démocratie - sans laquelle, du reste, il est lui-même impossible et inconcevable."
    Mais cette ouverture sur soi, sur l’Abîme, qui portait en elle les germes d’une Renaissance s’est affrontée à l’inertie, à la folklorisation et aux manipulations du pouvoir sur la société. L’art s’est coupée de la société. Et la société kabyle a fait de l’artiste non pas celui qui la dérange, qui la pousse mais celui qui la reflète, qui la représente.
    La Kabylie, pour relever le défi qui l'attend doit élargir, retrouver cette dimension politique de toute création, amorcée avec brio par la génération d'artistes des années soixante-dix, à tous les domaines,  et cultuver cette capacité à s’auto-instituer, à se réformer, à se réinventer pour ne pas sombrer dans le néant.
    Mais, l’art n’est pas le seul domaine d’une renaissance possible, l’économique, le religieux, le politique et le scientifique ne peuvent être mis de côté.
Quand les tragédiens athéniens comme Eschyle, Sophocle, Euripide faisaient jouer leurs pièces, celles-ci permettaient à la société athénienne d’entrer dans un processus d’interrogations sur ses propres institutions, qui ont permis Socrate, Platon, mais aussi les Sophistes. Quand les Romains traduisent en latin la philosophie, les textes scientifiques grecs, ils se les réapproprient pour en faire un élément constitutif de leur puissance culturelle et militaire. Quand les Italiens de la Renaissance redécouvrent l’art grec, ils en font une force de prestige et de grandeur, si bien que l’artiste de la Renaissance c’est d’abord et avant tout, l’artiste italien ( les Michel-Ange, les Raphael, les Vinci...)
    Pour que les Kabyles fassent leur Renaissance et perpétuent le mouvement des années soixante-dix interrompu par les circonstances, ils ne peuvent pas se retourner vers un passé mythifié, au risque de le sacraliser et de le momifier. Les langues grecque et latine bien que mortes continuent d’abreuver le présent, pas seulement les langues, mais surtout cette vision du monde qui a permis à des athées comme Lucrèce, à des mystiques comme Pythagore, à des scientifiques comme Hippocrate ou Eratosthène, à des idéalistes comme Platon et même à des plaisantins réactionnaires comme Aristophane ou Juvénal d’arriver jusqu’à nous.
    Changer de paradigme pour la Kabylie est plus qu'impératif. Le retour aux sources antiques lui permettra de renouer avec sa véritable culture, celle des Apulée, des Térence, ainsi que d'autres savants antiques qui nourrissent encore aujourd’hui la pensée occidentale.

0
0
0
s2sdefault
X

Right Click

No right click