Brûler la terre pour conquérir les esprits...

Brûler la terre pour conquérir les esprits...

" Il est un arbre dont je n'entends pas dire qu'ait germé son pareil ; un arbre invaincu, arbre...

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

            Selon Régis Debray «Une...

Tisnalalit ou la Renaissance

Tisnalalit ou la Renaissance

Le phénix ou phoenix, mot grec Phoînix, qui signifie "Pourpre" est un oiseau légendaire, doué...

Le défi kabyle

Le défi kabyle

               La Kabylie peut...

La Kabylie, une terre méditerranéenne

La Kabylie, une terre méditerranéenne

              Par ses paysages et...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

                "Elle se tient...

Pourquoi ce site?

Pourquoi ce site?

  « Notre propos sur ce site est de rendre la Kabylie à sa dimension méditerranéenne,...

Nos ancêtres adeptes du soleil

Nos ancêtres adeptes du soleil

                ...

Qu'Athéna nous protège !

Qu'Athéna nous protège !

            Il fut un temps, le monde...

Pour une loi réprimant le blasphème

Pour une loi réprimant le blasphème

Voici une contribution de notre ami et maître, Jean-Michel Lascoux, ancien professeur de Lettres...

La mort dans le regard

La mort dans le regard

              Acrésios, roi d'Argos a une fille qui s'appelle Danaé. Selon l'oracle, si cette...

Religion et liberté en Kabylie

Religion et liberté en Kabylie

      "La bête arrache le fouet au maître et se fouette elle-même pour devenir maître, et ne...

L'homme ancien et l'idée de dieu

L'homme ancien et l'idée de dieu

Pour le monothéiste, Dieu est unique. La croyance, pour ce dernier, est très simple. Dieu,...

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Awaγzen, ogre ou cyclope...

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  (Apulée L'âne d'or ou les Métamorphoses Livre IV) [28] Erant in quadam civitate rex et...

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    (Texte latin) Iṛus d Psukki     Amacahu, deg yiwet n turbit1, llan...

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Imezwura-nneγ ttgen aṭas n wazal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren s wayen...

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

              La viande de...

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

        L'oracle et la...

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

      Le mythe est le discours d’une société sur elle-même.   Il nous...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  La Vérité des saints kabyles   Pour les Grecs de l'âge...

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    Dans cet article, nous allons essayer d'étudier un exemple parfait de...

VI. Timecreṭ, partage de compensation

VI. Timecreṭ, partage de compensation

                    Timecreṭ est une pratique qui met fin, durant un jour, aux inégalités...

Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  Tidett, Vérité en kabyle, est presque sur toutes les lèvres et...

La Kabylie et la religion

La Kabylie et la religion

              Le villageois kabyle...

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

I. Ta eph'hémin ta ouk eph'hémin (Ayen icudden ɣer-nneɣ d wayen ur ncudd ara...

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

              Les Kabyles disent...

Tous azimuts: contre le Berbère

Tous azimuts: contre le Berbère

         Nous allons, dans cet article, voir comment...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

En ce moment, nous lisons énormément de choses dans les journaux et sur les pages des réseaux...

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Nna Tassadit, une vieille femme kabyle, dans son champ, vaque à ses activités champêtres....

Le réveil du Lotophage

Le réveil du Lotophage

  "Mais, à peine en chemin, mes envoyés se lient avec les Lotophages qui, loin de méditer le...

 Mammeri:

Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

      "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier ; il est fraternel et...

"La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  Si nous nous intéressons aux cultures antiques grecques et latines, ce n'est pas pour...

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

(ixf amezwaru) Imezwura-nneγ ttgen aṭas azal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren...

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

  Entretien réalisé par le correspondant de la Tribune à Tizi...

  • Brûler la terre pour conquérir les esprits...

    Brûler la terre pour conquérir les esprits...

  • La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

    La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

  • Tisnalalit ou la Renaissance

    Tisnalalit ou la Renaissance

  • Le défi kabyle

    Le défi kabyle

  • La Kabylie, une terre méditerranéenne

    La Kabylie, une terre méditerranéenne

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

  • Pourquoi ce site?

    Pourquoi ce site?

  • Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

    Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

  • Nos ancêtres adeptes du soleil

    Nos ancêtres adeptes du soleil

  • Qu'Athéna nous protège !

    Qu'Athéna nous protège !

  • Pour une loi réprimant le blasphème

    Pour une loi réprimant le blasphème

  • La mort dans le regard

    La mort dans le regard

  • Religion et liberté en Kabylie

    Religion et liberté en Kabylie

  • L'homme ancien et l'idée de dieu

    L'homme ancien et l'idée de dieu

  • Le monstre dans l'imaginaire kabyle

    Le monstre dans l'imaginaire kabyle

  • Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

    Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  • Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

  • Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

    Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

  • VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

    VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

  • Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

  • Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

    Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  • VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

  • VI. Timecreṭ, partage de compensation

    VI. Timecreṭ, partage de compensation

  • Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  • La Kabylie et la religion

    La Kabylie et la religion

  • Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

    Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

  • Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

    Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

  • Tous azimuts: contre le Berbère

    Tous azimuts: contre le Berbère

  • Si l'Afrique du Nord m'était contée...

    Si l'Afrique du Nord m'était contée...

  • Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

    Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

  • Le réveil du Lotophage

    Le réveil du Lotophage

  • Feraoun:

    Feraoun: "Nous sommes riverains d’une même mer, tributaires d’un même climat et fixés sur la même...

  •  Mammeri:

    Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

  • "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  • Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

    Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

  • Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

    Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

athenapromachos

            Il fut un temps, le monde était polythéiste. Chaque peuple avait ses divinités, ses mythes fondateurs, ses rites, ses cultes, enfin tout ce qui lui assurait paix et cohésion sociale. Des formes de religions étrangères à la révélation. Elles n'ont connu ni prophètes ni messies. Des religions plongeant leurs racines dans la tradition, qui englobe à côté d'elles des élements de civilisation comme la langue, la gestuelle, les manières de vivre, de sentir, d'aimer, de manger, de s'exprimer, de penser, selon les règles et les valeurs de la vie collective. Selon J. P. Vernant : "Cette tradition religieuse n'est pas uniforme ni strictement fixée; elle n'a aucun caractère dogmatique." Ces religions ne connaissent pas de livre sacré, ni de vérité absolue et elle n'impliquent aucun credo à leurs fidèles et ne leur imposent aucune promesse dans l'au-delà.

            Les peuples antiques se faisaient la guerre, mais pas pour la religion. Les Grecs et les Troyens partageaient les mêmes dieux. L'Olympe, si on excepte la neutralité de Zeus, était divisé durant la guerre de Troie. Poséidon et Apollon étaient du côté des Troyens et Athéna de celui des Grecs. L'objet de la guerre n'était donc pas religieux, il était pour Hélène, femme de Ménélas, prince grec, ravie par Paris, prince de Troie. La cause était donc la belle Hélène, du moins si on croyait la version officielle[1] grecque de l'époque. Les Romains, quand ils soumettent un peuple, n'offensent jamais leurs croyances. Tout Romain s'installant sur une terre conquise, se met à adorer les dieux locaux. Mieux, l'Empire prend même la peine d'introduire les divinités des peuples conquis dans le grand Panthéon impérial.

L'arrivée du Monothéisme

            L'Empire romain veillissant et le monothéisme naissant[2], au Moyen-Orient, déploie, successivement, sous les oripeaux de trois dogmes, leurs guerriers et leurs missionnaires vers l'Ouest. Rome tombée, d'autres empires religieux prennent le relais, à l'instar des empires chrétiens, comme celui de Charlemagne en France, et musulmans comme celui des Ottomans en Turquie.

            Le monothéisme, contrairement au polythéisme, se veut religion(s) révélée(s). Les monothéismes, religions de Livres "sacrés", forts de leurs prophètes et de leurs dogmes ne laissent aucune chance au doute. Ils se mettent en ordre de bataille, envahissent les pays jadis païens en détruisant toutes les idoles des anciennes religions sur leur passage. Rome[3] et l'Occident deviennent chrétiens, l'Afrique du Nord et l'Egypte musulmanes, après avoir été chrétiennes. Partout le monothéisme a triomphé. Les croyances du Moyen-Orient envahissent la Méditerranée et l'Europe, avec dans leurs messages hébraïque, biblique et coranique, les conflits de leur région[4].

Les peuples convertis aux nouveaux dogmes réecrivent leur histoire: ils renient les croyances de leurs ancêtres, qu'ils accusent de sorcellerie et de superstition, et remercient leur nouveau Dieu de les avoir débarrassés des anciennes divinités. A titre d'exemple les Nord Africains, reconvertis à l'islam, accusent leurs aïeux d'ignorants et de sauvages. Ils remercient le conquérant de les avoir libérés du paganisme. Ils se détournent de leur langues et cultures, cèdent leurs terres et leurs biens à l'envahisseur, vouent un culte aux familles orientales : ils célèbrent jusqu'au cliché la victoire de l'islam, religion qui a décapité leur mere, la reine Dihia. Un acte que certains philosophes qualifieraient de couronnement de l'humiliation ou de servitude volontaire.

La guerres des religions

            Le monothéisme triomphant met fin au paganisme et divise les peuples selon leurs dogmes. Les Israëlites, les Romains, les Grecs, les Celtes, les Germains, les Arabes, les Phéniciens, les Perses, les Numides s'appellent désormais Juifs, Chrétiens et Musulmans. Les guerres ne se font plus pour le territoire et la domination des espaces commerciaux stratégiques, mais pour Dieu. Trois livres pour un seul Dieu, trois ensembles ennemis pour le même Dieu. Le seul, l'unique, celui qui est né dans en milieu Syro-Cananéen, le génie rêvant d'exclure tous les autres génies. Le monde gréco-romain s'effrite, la méditerranée, espace commun d'échange, devient une frontière séparant définitivement les peuples du Nord et du Sud, devenus à jamais ennemis.

            Des trois dogmes, le Christianisme, après avoir régné en maitre absolu en Occident, notamment en Europe, est le seul qui a réussi à se réformer et à s'adapter, grâce à la culture gréco-latine qui l'avait propulsé après la chute de Rome, mais qui l'avait aussi réformé et écarté du pouvoir, pour en faire une affaire privée. L'Europe, grâce à la Renaissance et aux Lumières, a pu remettre l'homme au centre de l'univers. Ces mouvements s'inspirant de la culture antique gréco-romaine ont réussi à faire de l'homme européen un citoyen, un humaniste, partisan de la liberté comme l'homme Grec ancien, pendant que le Musulman, figé dans sa langue sacrée, coupé de la culture gréco-latine à l'instar du Nord Africain, est resté croyant, esclave de Dieu, qu'il met toujours et encore au centre de l'univers.

           

Le monde moderne

            Le monde moderne est divisé: celui du Nord, libre, d'essence politique, évolutionniste et conquérant; puis celui du Sud de la Méditerranée, soumis, créationniste et colonisé. Le temps passant, un fossé se creuse de plus en plus entre ces deux mondes. L'agnostique homme du Nord, débarrassé du carcan divin, se lance dans toutes sortes d'aventures : scientifiques, culturelles et économiques. Rien ne l'arrête. L'homme du Sud, écrasé par la misère malgré les richesses de ses sols (que son Dieu lui a données mais celui-ci a préféré quand même les céder à son fils du Nord, le mécréant, car lui seul possède la technologie pour les extraire), vit mal sa situation de frustré et d'aliéné. Il se réfugie dans ses religions. Le confort de la vie créé par le mécréant étant inaccessible, il revisite sa vieille recette monothéiste qui lui promet un avenir meilleur dans l'au-delà.

            La religion, aidée par la misère, les marchands d'armes et les prédicateurs de la mort, devient l'enfer quotidien de l'homme du Sud. Ce qui le pousse parfois à fuir[5] l'injustice des siens que lui-même a aidé à instaurer, pour aller tenter sa chance dans le monde libre. Mais là encore, sa condition le rattrape et il se réfugie à nouveau dans sa religion qui le sépare petit à petit des hommes libres. Souffrant, il se donne le droit de haïr (privilège des dogmes monothéistes) le mécréant, cause de toutes les catastrophes, dans l’espace même de ce dernier.

            La démocratie, victime parfois de ses largesses, en tolérant le prosélytisme religieux et la liberté de culte, se voit débordée par des discours de haine. Chaque dogme se dit stigmatisé, méprisé et ignoré. Nous sommes dans une concurrence fanatique des victimes. Les Juifs accusent les Etats d'accueil de ne donner qu'aux Musulmans, les Musulmans les accusent de favoriser les Juifs, et puis de temps à autres, les Chrétiens se font entendre en les accusant de ne servir d'autres religions au détriment de la leur qui est pourtant le passé de l'Europe. Tout cela, sur un fond de crise. C'est la porte ouverte à la discorde, encore une fois, pour des rites et des croyances religieuses venus du Proche-Orient.

Le siècle de Malraux

            Si Malraux avait raison… Notre siècle sera celui des religions. Même si les religions en Europe sont minoritaires, celles-ci deviennent néanmoins de plus en plus visibles et conquérantes. Des débats entre les représentants de ses communautés religieuses s'échauffent, des textes religieux fusent, des us et des coutumes d'un autre âge s'invitent dans les espaces publics, tout cela se fait par la bénédiction des politiques au mépris des Constitutions et des lois des pays de traditions démocratiques.

            Les religions sont si offensives que la philosophie paraît, aux yeux de certains citoyens-croyants, comme ringarde. Les médias confondent les origines et les confessions, collent la religion selon le faciès, invitent des intellectuels en guerre contre tout et rien, pour spéculer, à l'instar des sophistes grecs, sur le voile et autres futilités.

            Il est possible qu'un monde soit en train de s’éteindre, un monde que certains intellectuels accusent d'absence de sens. Cela pousserait, selon eux, les hommes vers les religions. Le choix présupposé par ces intellectuels en mal de spiritualité, c’est bien sûr celui entre les trois monothéismes, qui auraient le monopole sur les services offerts à l’âme humaine.

Mais, pourquoi après tant de siècles de monothéisme, l'humanité ne redeviendrait-elle pas païenne, comme dans l'antiquité ? Le paganisme manque-t-il de spiritualité ? Manque-t-il de morale ? Tous les penseurs parlent et encouragent la réforme du monothéisme, mais pourquoi pas celle du polythéisme ? Pourquoi ne pas revenir aux sources, aux premières valeurs, celles qui laissaient chaque peuple libre dans ses choix et dans ses actions. Pourquoi les Grecs ne renouent-t-il pas avec Zeus, les Romains avec Jupiter, les Egyptiens avec Ra, les Berbères avec Anzar, les Indiens avec le Grand Manitou, les Celtes avec Toutatis, les Germains avec Thor ? Pourquoi ne pas se réconcilier avec ses anciennes religions, produits de nos cultures, qui ont permis à nos ancêtres de vivre en symbiose avec la Nature pendant des siècles et des siècles ?

Ecoutons le philosophe. Quittons le pays du bien et du mal.

Rendons à Cesar ce qui lui appartient.

 


[1] La cause de la guerre de Troie était, selon certains historiens, pour la domination de la mer. Les Grecs voulaient contrôler tous les droits de passage. Puis d'autres pensent que c'est à cause de l'or et des richesses que Troie florissante possédait à l'époque. Il en est ainsi de nos jours, n'explique-t-on pas les guerres pour le pétrole et d'autres richesses par la cause des droits de l'homme ? De tout temps, à part les guerres religieuses monothéistes, aucune guerre ne rèvèle sa véritable cause.

[2] "Peut-être l'un (ou l'une) des ces premiers bipèdes a-t-il conçu la représentation d'un génie rêvant d'exclure tous les autres génies. Pour l'heure nous devons nous contenter de la singularité apparue dans une tribu nomade du Proche-Orient, en milieu Syro-Cananéen, quand une troupe de pasteurs s'est mise à croire, entre deux campements, que son Elohim, son petit dieu "national", voulait être adoré comme le seul Elohim, qu'il s'appelait Yahvé et qu'il avait décidé de mettre à part les "fils d'Israël" pour en faire son "peuple élu" Marcel Détienne, « A la découverte des Polythéismes », Monde Diplômatique, jan 2011.

[3] La bataille de Milvius opposa le 28 octobre 312 Maxence à l'Auguste de l'Ouest, Constantin. La victoire de ce dernier consacre le début d'une nouvelle ère pour l'Empire romain. Mais la bataille finale qui voit la chute définitive du paganime à Rome est proclamé en 391 quand l'empereur Théodose 1er décide d'interdire toute pratique cultuelle païenne : interdiction de faire des sacrifices sanglants et domestiques, de visiter les temples, de vénérer les statues, de déposer les fleurs devant les pénates familiaux, d'attacher des bandelettes aux arbres sacrés... A rappeler aussi que Théodose 1er a détruit sur ses passages beaucoup de lieux de cultes, d'édifices et de statues païennes.

[4] Le monothéisme et ses différents dogmes a envahi les terres païennes, en exportant les us et traditions des familles orientales ainsi que les conflits religieux de la région. Aujourd'hui encore, le conflit islamo-judaïque, sous forme de conflit israëlo-palestinien, n'arrête pas de s'inviter dans les débats dans les pays laïques de l'Occident, anciennement chrétien. Les démocraties occidentales souffrent de la même façon qu'a souffert Rome de l'arrivée des monothéistes, juifs d'abord, puis chrétiens, qui étaient peut-être l’une des causes de la chute du puissant Empire des Césars.

[5] Parmi les hommes et les femmes du Sud qui fuient leurs pays pour rejoindre le monde libre, il y a des agnostiques et des athées. Des anonymes pour les pays d'accueil. Personne ou presque ne reconnait l'athéisme d'un Africain ou d'un Nord-Africain. Pour le pays d'accueil, l'athée du Sud est soit Chrétien ou Musulman. Pour ses compatriotes religieux il est vu non pas comme un athée mais comme un traître. Les Musulmans, notamment les fanatiques, appellent traître tout homme ou femme qui ne croit pas à leur religion, il est passible de mort. Encore que le mot traître ne prend sa signification que quand on trahit sa véritable cause, tandis que l'athée n'a jamais fait de la religion sa cause.  

 

0
0
0
s2sdefault
X

Right Click

No right click