Brûler la terre pour conquérir les esprits...

Brûler la terre pour conquérir les esprits...

" Il est un arbre dont je n'entends pas dire qu'ait germé son pareil ; un arbre invaincu, arbre...

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

            Selon Régis Debray «Une...

Tisnalalit ou la Renaissance

Tisnalalit ou la Renaissance

Le phénix ou phoenix, mot grec Phoînix, qui signifie "Pourpre" est un oiseau légendaire, doué...

Le défi kabyle

Le défi kabyle

               La Kabylie peut...

La Kabylie, une terre méditerranéenne

La Kabylie, une terre méditerranéenne

              Par ses paysages et...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

                "Elle se tient...

Pourquoi ce site?

Pourquoi ce site?

  « Notre propos sur ce site est de rendre la Kabylie à sa dimension méditerranéenne,...

Nos ancêtres adeptes du soleil

Nos ancêtres adeptes du soleil

                ...

Qu'Athéna nous protège !

Qu'Athéna nous protège !

            Il fut un temps, le monde...

Pour une loi réprimant le blasphème

Pour une loi réprimant le blasphème

Voici une contribution de notre ami et maître, Jean-Michel Lascoux, ancien professeur de Lettres...

La mort dans le regard

La mort dans le regard

              Acrésios, roi d'Argos a une fille qui s'appelle Danaé. Selon l'oracle, si cette...

Religion et liberté en Kabylie

Religion et liberté en Kabylie

      "La bête arrache le fouet au maître et se fouette elle-même pour devenir maître, et ne...

L'homme ancien et l'idée de dieu

L'homme ancien et l'idée de dieu

Pour le monothéiste, Dieu est unique. La croyance, pour ce dernier, est très simple. Dieu,...

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Le monstre dans l'imaginaire kabyle

Awaγzen, ogre ou cyclope...

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  (Apulée L'âne d'or ou les Métamorphoses Livre IV) [28] Erant in quadam civitate rex et...

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    (Texte latin) Iṛus d Psukki     Amacahu, deg yiwet n turbit1, llan...

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

Imezwura-nneγ ttgen aṭas n wazal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren s wayen...

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

              La viande de...

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

        L'oracle et la...

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

      Le mythe est le discours d’une société sur elle-même.   Il nous...

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  La Vérité des saints kabyles   Pour les Grecs de l'âge...

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    Dans cet article, nous allons essayer d'étudier un exemple parfait de...

VI. Timecreṭ, partage de compensation

VI. Timecreṭ, partage de compensation

                    Timecreṭ est une pratique qui met fin, durant un jour, aux inégalités...

Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  Tidett, Vérité en kabyle, est presque sur toutes les lèvres et...

La Kabylie et la religion

La Kabylie et la religion

              Le villageois kabyle...

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

I. Ta eph'hémin ta ouk eph'hémin (Ayen icudden ɣer-nneɣ d wayen ur ncudd ara...

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

              Les Kabyles disent...

Tous azimuts: contre le Berbère

Tous azimuts: contre le Berbère

         Nous allons, dans cet article, voir comment...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

Si l'Afrique du Nord m'était contée...

En ce moment, nous lisons énormément de choses dans les journaux et sur les pages des réseaux...

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

Nna Tassadit, une vieille femme kabyle, dans son champ, vaque à ses activités champêtres....

Le réveil du Lotophage

Le réveil du Lotophage

  "Mais, à peine en chemin, mes envoyés se lient avec les Lotophages qui, loin de méditer le...

 Mammeri:

Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

      "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier ; il est fraternel et...

"La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  Si nous nous intéressons aux cultures antiques grecques et latines, ce n'est pas pour...

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

(ixf amezwaru) Imezwura-nneγ ttgen aṭas azal i tmeddurt d wayen sen-d-yezzin. Ttidiren...

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

  Entretien réalisé par le correspondant de la Tribune à Tizi...

  • Brûler la terre pour conquérir les esprits...

    Brûler la terre pour conquérir les esprits...

  • La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

    La lutte culturelle ou l'impossible victoire?

  • Tisnalalit ou la Renaissance

    Tisnalalit ou la Renaissance

  • Le défi kabyle

    Le défi kabyle

  • La Kabylie, une terre méditerranéenne

    La Kabylie, une terre méditerranéenne

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (4)

  • Pourquoi ce site?

    Pourquoi ce site?

  • Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

    Identité religieuse, entre étiquette et ressentiment

  • Nos ancêtres adeptes du soleil

    Nos ancêtres adeptes du soleil

  • Qu'Athéna nous protège !

    Qu'Athéna nous protège !

  • Pour une loi réprimant le blasphème

    Pour une loi réprimant le blasphème

  • La mort dans le regard

    La mort dans le regard

  • Religion et liberté en Kabylie

    Religion et liberté en Kabylie

  • L'homme ancien et l'idée de dieu

    L'homme ancien et l'idée de dieu

  • Le monstre dans l'imaginaire kabyle

    Le monstre dans l'imaginaire kabyle

  • Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

    Apulée - Eros et Psyché (texte latin)

  • Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

    Afulay - Iṛus d Psukki :-: Apulée - Eros et Psyché

  • Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

    Anẓar, Ilibbiyen, Igrikkiyen d Ilaṭiniyen

  • VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

    VIII. Timecreṭ, le centre du cercle

  • Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (3)

  • Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

    Pour une nouvelle Numidie ! Mise au point (2)

  • Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

    Les Maîtres de vérité en pays kabyle (2)

  • VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

    VII. Timecreṭ, dans l'oeil du monothéisme

  • VI. Timecreṭ, partage de compensation

    VI. Timecreṭ, partage de compensation

  • Les Maîtres de Vérité  en pays kabyle (1)

    Les Maîtres de Vérité en pays kabyle (1)

  • La Kabylie et la religion

    La Kabylie et la religion

  • Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

    Epictitus, Afuslibri - Epictète Manuel

  • Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

    Nos ancêtres, vous dites? Lesquels ?

  • Tous azimuts: contre le Berbère

    Tous azimuts: contre le Berbère

  • Si l'Afrique du Nord m'était contée...

    Si l'Afrique du Nord m'était contée...

  • Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

    Le paganisme, à l'épreuve du monothéisme

  • Le réveil du Lotophage

    Le réveil du Lotophage

  • Feraoun:

    Feraoun: "Nous sommes riverains d’une même mer, tributaires d’un même climat et fixés sur la même...

  •  Mammeri:

    Mammeri: "L'arbre de mon climat à moi, c'est l'olivier"

  • "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert" Mise au point

  • Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

    Tafigurit n ddunit ɣer Yemzwura-nneɣ

  • Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

    Les Berbères ont le droit de revendiquer leur part de l'héritage gréco-latin

Awaγzen, ogre ou cyclope ?

 

            Dans l'imaginaire kabyle, awaγzen ou awaγzniw est un monstre[1] de conte que chacun imagine à sa façon. Inexistant encore dans l'iconographie artistique kabyle, nous pouvons y voir une bête féroce ou un être anthropomorphe se nourrissant de chair humaine. Il est souvent l'ennemi du héros du conte kabyle, comme talafsa/L'hydre ou encore Tteryel/L'ogresse. C'est peut-être là que la traduction de awaγzen par ogre est inappropriée, car nous ne connaissons presque jamais dans nos contes de couple constitué par Awaγzen et Tteryel. En revanche, il existe Ateryel ou Uteryel qui est le masculin de Tteryel.  Peut-on donc traduire awaγzen par ogre ? Chose difficile à trancher, car nous ignorons l'origine de ces monstres, awaγzen et Tteryel , ainsi que leur filiation. Le manque de mythes relatifs à toutes ces créatures permet à chacun de voir en elles ce qu'il veut. C’est surtout vrai dans le cas d’Awaγzen qui est pour certains un géant, pour d'autres une bête horrible et sanguinaire ; il y en a même, comme nous l'avons déjà vu dans certaines illustrations, qui le représentent en lion. De la même façon, à un degré moindre, les amateurs de contes peuvent imaginer Talafsa sous la forme de l'hydre ou d’un serpent à plusieurs têtes, Tteryel en femme laide avec des cheveux en bataille et des dents acérées, mais sujette à des métamorphoses et à des transformations spectaculaires qui trompent ses victimes.

 

            Le manque de documentation nous invite à aller voir dans les autres cultures méditerranéennes et essayer de comprendre comment les autres peuples, notamment les Grecs anciens, imaginent ces monstres et ce qu'ils en pensent. Cette démarche nous aidera peut-être à comprendre la nature de ces monstres et ce qu'ils représentent dans les sociétés méditerranéennes de l'époque.

            Les Grecs, grâce à leurs artistes, ont pu mettre un visage, une forme et une filiation à chaque être mythique, y compris les dieux et les déesses. Ne dit-on pas de Praxitèle et de Phidias "Ils ont vu les dieux" ? Tout ce que les Grecs ont inventé avec le verbe, les artistes l'ont illustré et immortalisé sous forme de statues, de peinture, notamment sur les vases qui étaient le précurseur du livre d'histoire et de la bande dessinée. Toute l'histoire et la "mythologie" grecques se lisent sur les murs des édifices publics ou sur les surfaces de la poterie. Par le verbe, comme leurs voisins grecs, les Kabyles ont créé des créatures mythiques, mais faute d'artistes figuratifs, elles sont restées sans visage, sans forme et sans origines.

 

Awaγzen dans le conte kabyle

 

Awaγzen, dans le conte kabyle, traversé par les influences de la religion triomphante, est l'image du Kabyle lui-même. Ce monstre dont le sultan, d'inspiration Ottomane, veut se débarrasser pour pacifier le pays. Pour cela, il charge le héros, souvent prénommé Ali, un bon croyant, de le tuer.  Awaγzen est l'être sauvage, cannibale, dont il faut se défaire.

C’est comme si du côté des  Kabyles, il ne restait que Tteryel, awaγzen et talafsa, des monstres portant encore des noms berbères, vivant dans la forêt en marge du monde civilisé du Sultan et de ses sujets croyants. Même le vieux sage qui fait office d’oracle, Amγar azemni/Azemri, a changé de camp. Il est devenu l’allié du sultan et l'adjuvant du héros, c'est-à-dire l'ennemi de celui dont le Sultan veut l'anéantissement. Ce vieux sage ne serait-il pas devenu, aujourd'hui, un Kabyle de service ?

            De la culture ancienne, le Kabyle, à l'exception d'Anzar, dieu de la pluie, n'a gardé que les monstres. Des monstres qui empêchent le Sultan de dormir, les révoltés qui risquent d'un moment à l'autre d'envahir ses villes et villages, de le renverser ou de le chasser de son trône.

            Le conte kabyle, revisité et corrigé, a mis Awaγzen hors-culture, hors-religion, on lui défend tout langage humain, on se moque de ses dires, on le ridiculise, on voit en lui un rustre, un pécheur, un mangeur de viande illicite, en somme le contraire du Sultan et de ses sujets, les civilisés, les citadins, les religieux. Awaγzen est l'autochtone qui ne croit à rien, qu'on a chassé des plaines, des terres cultivables, qu'on a enclavé dans sa forêt. C'est le retour à l'état primitif, où il vit de glands, s'enivre avec le jus du raisin sauvage et boit jusqu'à la lie le lait de la vache maigre des orphelins.  

            C'est l'image qu'octroie le conte kabyle à Aweγzen, tteryel et talafsa. Des êtres venus sur la terre de l'Afrique du Nord avant la révélation monothéiste et dont on dit aujourd'hui qu'ils sont sa souillure. Cette histoire nous rappelle celle de cet ours brun qui vivait dans une forêt en Amérique du Nord : chaque matin, il passait manger quelques glands tombés de deux énormes chênes. Un jour, il arriva, il trouva les deux arbres abattus. Quelques jours plus tard, il trouva des murs qui commençaient à monter à la place des deux arbres. Il revint quelques jours après, il trouva des gens qui faisaient des va-et-vient, le lieu était devenu un supermarché. Il regardait, un peu étonné, quand une femme sortant du magasin et le regardant curieusement, lui dit : "Where do you come from ?"

            C'est le sort de l'autochtone devant les nouvelles religions qui considèrent sauvage tout homme ne croyant pas en elles.

            Voici le conte que nous nous racontons autour du feu, en hiver, en Kabylie, sur Awaγzen, l'être authentique, l'ancêtre inchangé, celui qui a survécu même aux divinités anciennes. Awaγzen, l'image de l'ancêtre, de celui qui adorait le soleil et la lune, celui qui ne s'est jamais agenouillé devant le Sultan, l'irréligieux,  le djahel/L'ignorant comme certains s'amusent à le définir.

            Voici le conte que nous appelons "Conte kabyle" qu'on raconte à nos enfants, avec quoi nous comptons les éduquer à l'obéissance et à l'inconscience de la servitude volontaire.

            Peut-on, après cela, parler de conte kabyle ou anti-kabyle ?  

 

Awaɣzen dans la poésie moderne kabyle

 

            Depuis quelques années, l’image d’awaɣzen a changé pour les Kabyles, notamment dans la poésie moderne. Awaɣzen, aujourd’hui, contrairement a celui du conte, est devenu non plus la phobie des enfants, mais plutôt des adultes. Awaɣzen, surnommé Lweḥc n Lɣaba/Le monstre de la forêt, revisité par Idir dans Vava Inouva n’est plus l’ogre qui cherche à dévorer le vieillard habitant seul dans une cabane au milieu de la forêt, mais plutôt un monstre à visage humain, qui menace le Kabyle et tout ce qu’il représente. Un être dangereux, puissant qui pourrait bien être l’héritier du sultan ou le descendant d’Ali.

               Après Vava Inouva, le Kabyle s’est rendu compte qu’Awaɣzen n’est plus ce qu’il croyait, ce dont il avait peur étant petit, quand il souffrait du phantasme de dévoration et qu’il rêvait nuitamment d’être poursuivi pour se faire manger. L’époque où il se réfugiait, pour vaincre ses phobies, dans les bras d’Ali le sauveur et le sultan le protecteur. Deux personnages auxquels l’enfant kabyle s’identifiait pour se sentir en sécurité. Ces personnages intériorisés par l’enfant kabyle devenaient au fur et à mesure ses repères, ses héros et ses références culturelles, seuls capables de le délivrer de ses peurs, de ses angoisses, mieux encore de le sauver de lui-même, de ses parents et de son environnement pas tout à fait pacifié, ni civilisé, c’est-à-dire pas complètement islamisé.

               L’enfant kabyle est « aliéné »  par ses propres contes et sa propre culture. Des contes travaillés et retravaillés par des Kabyles, sans doute favorables à l’arabo-islamisme, pour le compte de leurs maîtres.

               Ce processus savamment orchestré a fait du Kabyle un être servile, qui devant le danger n’a d’autres choix que de s’identifier à Ali, le héros de ses contes, et donc de lutter pour sauver la religion et le sultanat de son sultan. Sultanat qui est devenu l’Algérie, l’héritière turque.

               Aujourd’hui, les descendants de l’Awaɣzen des contes ont ouvert les yeux et nous montrent le vrai Awaɣzen, l’horrible bête qui détient le pouvoir,  l’hydre qui boit notre eau, l’ogresse qui dévore nos enfants  et l’ogre qui incendie nos forêts.

               Pour le Kabyle avisé, le vrai Awaɣzen n’est plus en lui-même, il est ailleurs. Il le désigne par son nom. Ce qui le pousse, lui, qui désire exister politiquement, à cesser de se détester lui-même, d’avoir peur de lui-même, et de regarder en face le monstre qui l’inhibe et qui le manipule.

     

Le cyclope dans la littérature grecque

 

            Imaginé par les artistes grecs, un géant à forme humaine, avec un œil au milieu du front, d'où son nom, et depuis son image est fixée à jamais dans la culture grecque. Des cyclopes, car il y en a plusieurs, nous avons choisi le plus connu : Polyphème, fils de Poséidon, dieu des mers.

            Polyphème n'a jamais quitté la scène littéraire grecque, on le retrouve même dans la poésie alexandrine, sous les traits d'un berger amoureux de Galatée[2], et dont la monstruosité et la férocité ont fait un être pitoyable. Selon Jean-Pierre Vernant, les Grecs, à la suite d'un jeu de mots rapprochant Galatée de Galates[3], attribuent à Polyphème la paternité des Gaulois, envahisseurs barbares que l'angoisse grecque s'ingénie à ridiculiser, eux qu'une panique irraisonnée chassera de Delphes jusqu'en Asie Mineure. Et chez les Kabyles, awaγzen représente-t-il l'envahisseur ? Oui, si l'on en croit certains poèmes traitant des différents envahisseurs qui ont occupé l'Afrique du Nord. Idir l'évoque dans l'une de ses chansons : "Taginni d tiγri imeεnen/Zdat iwaγzniwen/Skewn-aγ afud wer nuklal/Bḍan-aγ am ibawen : Celle-ci est un appel sensé/Devant les "ogres"/On a tué en nous toute bonne volonté/On nous a séparés comme des fêves." 

            Selon Philippe Borgeaud dans son article "Le rustre", dans l'ouvrage de Jean-Pierre Vernant "L'homme grec",  l'île petite, où débarquent Ulysse et ses compagnons, premiers humains à en fouler le sol,  est "une île en forêt où les chèvres sauvages se multiplient sans fin" (Homère, Odyssée), seules habitantes avec les Nymphes, à l'écart absolu des chasseurs. Il n’y a là bien évidemment ni labours ni semailles. On est dans le non-humain. En face, à portée de voix, l'île principale, habitat des Cyclopes. Bien que fils de Poséidon, ils ignorent la navigation. Proches des dieux au point qu'ils n'avaient pas à s'en soucier, ils vivent sans plantation ni labourage, d'une vie d'éleveurs de petit bétail. Leur vin est issu de la vigne sauvage. "Brutes sans foi ni loi, qui, dans les immortels, ont tant de confiance qu'ils ne font de leurs mains ni plant ni labourage. Chez eux, pas d'assemblée qui juge ou délibère; chacun dicte sa loi à ses femmes et à ses enfants." (Homère, Odyssée) On est dans ce que plus tard, à partir du Vème siècle avant notre ère, on finira par considérer comme un stade pré-politique.

            Cependant Ulysse débarque chez Polyphème, un original, éloigné de ses congénères. "Il vit seul, à paître ses troupeaux, ne fréquente personne."  C'est le contraire d'un homme, d'un bon mangeur de pain. Mais dans sa grotte, les claies sont chargées de fromage, les enclos bondés d'agnelets et de chevreaux, des vases en métal regorgent du lait qu'il a trait. Comme ses congénères, il fait du feu. Un feu qui ne sert pas au sacrifice, et qui semble ne brûler que pour signifier que dans ce monde étrange on affiche les emblèmes de l'humanité. Faux-semblant, qui rend manifeste le comportement de Polyphème : les compagnons d'Ulysse, il les mange crus, et arrose de lait ce repas cannibale.

            Polyphème, tout puissant, sera vaincu, selon Philippe Borgeaud, par trois artifices qui renvoient chacun à sa manière, aux impératifs de la civilisation : le vin pur, de provenance divine, que lui offre Ulysse et dont il s'enivre en dévorant son repas de fauve; le pieu d'olivier (arbre d'Athéna), poli, travaillé au feu, manié au commandement d'un chef par la petite communauté des marins d'Ithaque, dont il sera aveuglé; la ruse verbale enfin (Ulysse remplacé par Personne), qui lui interdit toute communication sociale. Il est privé de raison, de vue et de langue (« Personne ne lui a fait tort »), à l'issue de sa rencontre avec Ulysse. Le rustre n'est qu'une brute violente, dont la plainte n'est entendue que d'un seul dieu, son père Poséidon, seigneur des turbulences marines, qui prend le relais et emporte l'astucieux Ulysse, avant que les autres dieux de l'Olympe, notamment Zeus et Athéna ne décident de le faire triompher de tous les monstres qu'a connus son chemin, y compris des prétendants à son royaume.

            Le Kabyle, comme Ulysse, n'est-il pas devenu politiquement "Personne", sans identité, sans culture et sans langue ? Relégué et mal accueilli, il désire lui aussi revoir son Ithaque, son royaume, sa chère patrie et Pénélope la tisseuse. Awaγzen, qui est devenu dans le monde moderne la figure de l’état colonial arabo-islamiste, n'a-t-il pas lui aussi peur d'être aveuglé par le bois de l'olivier (arbre d'Athéna), enivré par le vin (Sang de Dionysos) et trompé par la langue de Personne, de celui qu'il essaye d'emprisonner dans sa grotte de Platon, dans sa forêt sauvage où le monstre des bois continue de terroriser Vava Inouva ?

            Autant de périples attendent le Kabyle, comme Ulysse, avant d'atteindre son royaume de liberté. Des Circé, des Calypso, des Polyphèmes, des Sirènes et tant de prétendants tournant autour de Pénélope-La Kabylie, qui attend, comme une araignée, en tissant et défaisant son ouvrage.

            La longue marche a commencé, annoncée il y a des années par le poète. Voilà ce qu'il nous répond quand nous le questionnons sur les dangers qui nous guettent sur la route du pèlerinage:  

 

Γurwat tiγilt,

Atan lexyal

La d-yettxatal !

 

Ma d lεebd,

A neglu yis-s

A t-nawi.

Ma d lweḥc,

Meqqar a t-neg

D imensi.

 

....................

 

Attention, sur la colline,

Un spectre

Vous guette.

 

Si c'est un homme

On le prendra avec nous.

Si c'est un monstre,

On en fera notre dîner.

 

Extrait d'Imesbriden, chanté par Aït Menguellet et Idir.

              

               Mais le kabyle, avant de s’attaquer au monstre qui guette sur la colline, ne devrait-il pas tuer d’abord awaɣzen des contes qu’il porte en lui, celui qu’il a assimilé, celui qui se cache dans son inconscient, qu’il continue de nourrir de son imagination malgré lui et d’enseigner à ses enfants ?

            

 



[1] Le monstre est aussi chez les Kabyles celui qui est mis en quarantaine par ses semblables pour cause de non respect des lois du village ou de la morale ambiante, très religieuse, ou bien  celui qui vit seul et qui rejette la compagnie des autres. On appelle aussi Lweḥc/Le monstre celui qui mange beaucoup et n'importe quoi, car en Kabylie, comme dans beaucoup de sociétés, c'est ce qu'on mange qui détermine le statut de l'individu dans la communauté. Voir plus loin ce qui concerne le Cyclope, qui n’est pas comme les hommes un sitophagos, un mangeur de pain, mais un mangeur de viandes et de fromages.

[2] Acis et Galatée : Acis est un jeune berger de Sicile, fils de Faunus et de la Nymphe Symaéthis. Galatée était très jolie, néréide, fille de Nérée et de Doris. Polyphème était fou amoureux de Galatée, mais celle-ci était amoureuse d'Acis. Un jour, Polyphème les surprit en train de flirter, il arracha un rocher d'une montagne et écrasa Acis. Inconsolable, Galatée pria les dieux de transformer le sang qui coulait du corps de son amant en un fleuve. Eaux du fleuve qui se jetèrent depuis ce jour dans la mer, ainsi Acis venait  rejoindre à tout moment sa bien-aimée. Un fleuve, au pied de l'Etna, porte toujours le nom d'Acis, ainsi que deux villes voisines de la rivière des Cyclopes qui prirent aussi son nom : Aci Trezza et Aci Castello. 

[3] Galates : Les Galates sont des peuples celtes qui, dans l'Antiquité, ont migré dans le centre de l'Asie Mineure, la Galatie.

0
0
0
s2sdefault
X

Right Click

No right click